IRM

L'IRM cérébrale et l'AVC


L’AVC est la 3ème cause de mortalité dans les pays industrialisés et la 1ère cause de handicap.

L’intérêt de L’IRM réalisé précocement pour détecter les lésions est de permettre le traitement rapide et éviter ainsi les séquelles.

On distingue les AVC ischémiques lorsqu’un vaisseau se « bouche » et les AVC hémorragiques lorsqu’un vaisseau « saigne ».

L’AVC est une urgence car s’il est traité rapidement (dans  les 4h après les premiers signes) il ne laissera pas de séquelles.

Les signes pour reconnaître l’AVC sont :

-une paralysie ou un engourdissement du visage, d’un membre, d’un côté du corps

-une diminution ou perte de la vision d’un œil

-une perte de la parole ou une difficulté à parler

-des maux de tête violents et inhabituels.

En présence d’un de ces signes, il faut appeler un numéro d’urgence SAMU 15.

A l’arrivée aux urgences, les médecins vont réaliser un examen clinique.

S’il s’agit d’un AVC, il faut réaliser une IRM (parmi d’autres examens).

Rôle de l’IRM

Après vérification de l’absence de contre indication nous allons pratiquer l’examen.

Le but  de l’IRM est de confirmer s’il y a un AVC et de préciser sa nature (ischémique ou hémorragique).

La réalisation de séquences spécifiques permet de visualiser les lésions et les zones qui peuvent être « sauvées ». Les vaisseaux seront étudiés à la recherche d’un caillot ou thrombus.



AVC en hypersignal sur une séquence de diffusion



En blanc les vaisseaux sont « trop bien » visibles, signe d’un flux lent.



Imagerie de perfusion, en rouge la partie  hypoperfusée



fusion Perfusion/T2 Flair

Si rien n’est fait, toute la zone rouge sera perdue.

Si on traite rapidement, le cerveau sera de nouveau irrigué normalement et la zone rouge sera sauvée, le patient n’aura pas de séquelles.



Imagerie vasculaire



Imagerie vasculaire (en rendu de Volume)

Les vaisseaux normaux sont visualisés en blanc ; le vaisseau bouché n’apparaît pas.


Retour